Sexualité

La sexualité fait partie de la vie de l’être humain. Elle participe au bien-être psychique. De même, les difficultés psychiques peuvent avoir une influence sur le désir et la vie sexuelle. Certaines personnes font le choix de renoncer à la sexualité, s’épanouissant dans d’autres domaines. D’autres personnes sont en souffrance parce qu’elles rencontrent des difficultés dans leur vie sexuelle, parce qu’elles n’en ont pas ou parce qu’elles se sentent rejetées en raison de leur orientation sexuelle. Vivre sa sexualité n’est pas toujours chose simple, mais c’est important d’oser en parler. 

Vie sexuelle

La sexualité fait partie intégrante de l’être humain et répond à des besoins d’intimité, d’amour, de tendresse, de chaleur et d’affection. Elle conjugue le corps, l’esprit et les émotions. Elle est aussi créatrice de lien social. Une sexualité épanouie est bonne pour la santé.

Les désirs, besoins, émotions et comportements qui sont liés à la vie affective et à la sexualité sont riches et complexes. Il existe de nombreuses manières de vivre la sexualité, avec des expressions et des rythmes différents. 

La sexualité est exigeante et fragile. Elle demande des efforts de compréhension de l’autre et une entente réciproque. Quand les besoins ou envies des partenaires ne correspondent pas, elle peut être source de souffrance.

Il est important de se renseigner et de se tenir informé sur un sujet qui concerne tous les êtres humains et ce dès le plus jeune âge. Des associations, telles que Santé Sexuelle Suisse (www.sante-sexuelle.ch), peuvent vous fournir de nombreuses informations sur le sujet et vous conseiller en cas de besoin.

Sexualité et santé psychique

Une sexualité épanouie participe au bien-être psychique. A l’inverse, une vie sexuelle non satisfaisante ou difficile peut être source de troubles psychiques ou de mal-être. Les difficultés relationnelles, les troubles sexuels (physiques et émotionnels), l’infertilité peuvent fragiliser la santé psychique.

Les pressions sociales sur l’activité sexuelle, sur les rôles hommes-femmes, sur l’image du corps ou encore sur l’orientation sexuelle posent parfois des problèmes, notamment chez les jeunes. Il arrive aussi que les femmes soient confrontées à d’autres pressions autour de la grossesse ou de l’avortement qui peuvent elles aussi avoir une influence sur le bien-être psychique.

Il est important d’accorder de l’attention à ces questions autour de la sexualité et ne pas hésiter à les partager avec un professionnel d’un centre de santé sexuelle. Pour une adresse, consultez notre base de données ici. Vous pouvez également faire appel à un spécialiste (sexologue, sexothérapeute) dans votre région. 

Troubles psychiques et sexualité

De nombreux éléments influencent la sexualité. Une mauvaise santé physique, de la fatigue, du stress ou des difficultés psychiques, peuvent avoir un effet négatif sur le désir et la vie sexuelle.

Les relations avec les autres et la gestion des émotions sont parfois plus délicates à vivre dans les moments difficiles. Conjuguer une vie affective et sexuelle épanouissante avec ses propres fragilités peut se révéler un défi au quotidien. 

Les médicaments prescrits pour traiter certains troubles psychiques peuvent avoir des effets secondaires et causer des perturbations de la sexualité, tels que la diminution du désir, des problèmes d’érection ou d’éjaculation. Dans ce cas, il est possible d’adapter le traitement médicamenteux. Il est important d’oser en discuter avec un médecin, un psychiatre ou un conseiller en santé sexuelle pour trouver une solution satisfaisante.

Absence de vie sexuelle

Parfois, renoncer à une vie sexuelle active peut être un choix de vie. Il existe d’autres formes de réalisations personnelles qui permettent un épanouissement. Des chemins de satisfaction et de développement personnel sont possibles, à travers des activités créatives, culturelles ou sociales. Continuer à se former et apprendre de nouvelles choses, permet de développer ses compétences et stimule l’esprit. Les liens amicaux peuvent satisfaire une vie affective en dehors du modèle habituel du couple. De même qu’un couple peut exister sans avoir de relations sexuelles.

Il arrive qu’une maladie, un handicap, une expérience malheureuse ou encore la difficulté de trouver un partenaire empêche d’avoir une vie sexuelle satisfaisante. De telles situations peuvent être source de souffrance. Il est important d’oser en parler avec son médecin, un professionnel d’un centre de santé sexuelle (consultez notre base de données ici) ou encore auprès de l’association suisse Sexualité Handicaps Pluriels (www.sehp.ch). 

Orientation sexuelle et identité de genre

La société dans laquelle nous vivons peine à accepter les différences et peut avoir tendance à rejeter ceux qu’elle considère comme différents.

Dans ce contexte, être gay, lesbienne ou bisexuel et vivre une sexualité épanouie et sans culpabilité n’est pas forcément facile. De même, il peut aussi être difficile de se sentir appartenir à un autre sexe que celui reçu à la naissance. Etre ou se sentir différent dans son orientation sexuelle et/ou son identité de genre peut exposer la personne au rejet ou à l’incompréhension de la part de membres de la famille, de l’entourage ou encore de la société.  Cela peut même faire risquer des agressions verbales et/ou physiques.

Ces expériences négatives peuvent être traumatisantes. Elles créent de la détresse psychique, des troubles anxieux, des phobies sociales (isolement), peuvent amener à une dépression et même à des idées ou tentatives de suicide.

Il est important de ne pas rester seul avec sa souffrance et d’en parler à une personne de confiance ou à un professionnel. Des associations LGBT (Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Trans) peuvent vous conseiller et vous aider. Des groupes d’entraide, regroupant des personnes vivant le même type de situation, permettent de partager ses expériences, se sentir mieux compris et moins seul. Pour trouver une adresse dans votre région, vous pouvez consulter notre base de données ici.

Liens :

 

Top