Troubles du comportement alimentaire

Les troubles du comportement alimentaire regroupent les deux principaux types de perturbations liées à la manière de se nourrir: l’anorexie mentale et la boulimie.

L’anorexie mentale

L’anorexie mentale est une perturbation de la relation à l’alimentation qui survient habituellement chez l’adolescent ou chez l’enfant proche de la puberté.

Elle se remarque par une perte de poids intentionnelle et le maintien d’un poids faible, mais aussi par le fait que la personne touchée ne consomme plus que certains aliments. De plus elle aura tendance à faire trop de sport. 

La personne souffre d’une sensation de perte de contrôle, d’un profond sentiment de culpabilité, de dépression et d’angoisses. Elle voudra se débarrasser de la nourriture absorbée par tous les moyens (provoquer des vomissements et utiliser des laxatifs). Manger devient souvent une source de tension psychique très intense ainsi qu’une source de conflit avec son entourage.

L’anorexie peut apparaitre seule ou être accompagnée d’épisodes de boulimie.

La boulimie

La boulimie se traduit par le fait de manger une grande quantité de nourriture en très peu de temps et de manière répétée, et parfois par une préoccupation excessive du contrôle du poids. Dans certains cas, cela amène la personne à se faire vomir ou à utiliser des produits laxatifs pour éliminer ce qu’elle a mangé.

Les troubles du comportement alimentaire ont des conséquences importantes et dangereuses pour la santé. L’enfant ou l’adolescent est en danger pour sa croissance mais aussi pour sa vie. L’état physique général se détériore. Au niveau psychique, la personne souffre généralement d’anxiété pouvant aller jusqu’à la dépression avec des idées suicidaires, et parfois de troubles obsessionnels compulsifs (TOC). 

Comment soigner les troubles des comportements alimentaires ?

Il est important de rapidement consulter son médecin traitant en cas de symptômes liés aux troubles des comportements alimentaires. Il pourra conseiller la meilleure prise en charge. 

Un suivi médical du poids et de l’état général est nécessaire. Un programme de réalimentation est également mis en place. En parallèle, il est conseillé de suivre une psychothérapie, souvent en associant la famille de l’enfant ou de l’adolescent. Ces soins peuvent se faire en dehors de l’hôpital.

Parfois, le degré d’urgence pour la santé de la personne est tel qu’une hospitalisation est nécessaire. Ensuite, le retour à la maison et à la vie normale se fait par étapes et doit être bien encadré pour éviter une rechute.

La participation à un groupe d’entraide réunissant des personnes qui ont le même type de problèmes peut s’avérer très aidant.

Pour trouver de l’aide dans votre région cliquez ici.

Vous trouvez d’autres informations sur l’anorexie et la boulimie sur le site de l'Association Boulimie Anorexie (ABA).

Top