Devenir parent par la procréation médicalement assistée (PMA) ou l’adoption

Le désir d’enfant ne se concrétise pas toujours, ou alors pas forcément comme on l’imaginait au départ. Les troubles de la fertilité sont une réalité pour de nombreuses personnes, puisqu’ils concernent entre 10 et 15% des couples en Suisse. Que vous choisissiez de recourir à la procréation médicalement assistée (PMA) ou à l’adoption, le chemin à parcourir peut avoir des conséquences pour votre santé mentale tout comme pour la santé de votre couple. Il importe d’en parler, d’être accompagné·e et soutenu·e dans ce chemin. 

 

Procréation médicalement assistée

Après de longs mois de tentatives infructueuses pour avoir un enfant, de nombreux couples se tournent vers un processus de procréation médicalement assistée (PMA). Cela demande un important engagement physique et moral aux couples, en particulier aux femmes. Il faut pour cela être prêt·e·s à :

  • Faire le deuil de concevoir un enfant dans l’intimité d’une relation à deux. La conception devient une affaire médicale, confiée à des professionnel·le·s. Cela implique le suivi strict d’une procédure très technique qui laisse peu de place aux émotions.
  • Gérer les émotions, car au fil des rendez-vous se suivent craintes, espoirs et déceptions. 
  • Concilier les nombreux rendez-vous avec le travail, surtout lorsque l’employeur n’est pas au courant. Parler d’un tel projet avec son employeur est une décision qui appartient à chacun·e. Mais si vous sentez que c’est possible, il peut être opportun d’évoquer au moins les contraintes auxquelles vous allez être soumis·es en termes d’organisation, en vue d’aborder la PMA le plus sereinement possible. 

Lorsqu’une grossesse n’est pas au rendez-vous après une PMA, il faut alors soigner ses blessures pour se relever et, éventuellement, recommencer. Un « ascenseur émotionnel » que chacun·e vit à sa manière individuellement et au sein des couples. Là aussi, il est primordial de parler de ce que vous vivez avec votre partenaire, pour que vous puissiez vous comprendre et vous apporter du soutien mutuel. Avant, pendant et après le processus, il est recommandé de :

  • Recourir à un soutien psychologique auprès d’un·e professionnel·le (recommandé par la loi)
  • Participer à un groupe de parole pour bénéficier de l’expérience de pairs. De nombreux centres de PMA proposent du soutien psychologique et des groupes de parole.
  • Prendre du recul et à diminuer votre stress par rapport à la situation que ce soit par la méditation, le yoga, la sophrologie ou toute autre pratique de relaxation. 


Adoption

Lorsque les couples, ou les personnes seules, choisissent de s’orienter vers l’adoption, un autre deuil à faire les attend : celui d’avoir un enfant biologique. Certaines questions se posent :

  • Pouvez-vous imaginer accueillir un enfant qui n’a pas vos gênes ?
  • Que faire si votre enfant a envie/besoin de rencontrer ses parents biologiques un jour ? 
  • Etes-vous prêt·e à accepter que votre enfant aura commencé son histoire sans vous, que ce début de vie aura été difficile, voire traumatisant et que vous n’en connaîtrez vraisemblablement que des bribes, voire rien du tout ? 

Autant de questions qui appellent une réflexion profonde de chacun·e et du couple, pour pouvoir y apporter vos réponses. 

Si vous vous sentez prêt·e·s, c’est ensuite la procédure d’adoption avec ses différentes étapes qui s’ouvre à vous : l’évaluation de votre capacité à adopter par les autorités, le choix du pays d’adoption, la définition du profil de l’enfant que vous êtes prêt·e·s à accueillir, l’attente qui peut durer plusieurs années jusqu’à ce qu’un enfant vous soit proposé à l’adoption, puis, si une telle nouvelle arrive, le grand départ pour rencontrer votre enfant. 
Durant ce processus, vous serez encouragé·e·s à mener une réflexion de fond sur vous-mêmes, votre parcours, vos ressources, vos limites, vos représentations. Vous serez aussi invité·e·s à envisager une vie sans enfant, puisqu’il y a beaucoup plus de candidat·e·s à l’adoption que d’enfants à adopter. Ce qui est une bonne nouvelle en soi, et en prendre conscience peut véritablement aider à faire ce pas.

Ce processus est certes enrichissant, mais il peut aussi être éprouvant et générer, à certains moments, un sentiment d’impuissance, de découragement voire d’incompréhension. Il est utile d’être accompagné·e·s par :

  • un·e professionnel·le qui a une bonne connaissance de l’adoption,  notamment pour mieux comprendre la nécessité d’un tel processus
  • des couples ayant fait cette expérience, au sein de groupe de paroles, ou de manière privée
  • des associations de soutien et d’accompagnement à l’adoption

L’adoption d’un enfant n’est pas anodine, c’est d’abord une mesure qui vise à apporter la meilleure réponse possible aux besoins d’un enfant vulnérable, ayant vécu des épisodes de vie traumatisants. Il est donc particulièrement important que vous soyez bien préparé·e·s à cette « mission », que vous en compreniez bien les enjeux et que vous soyez outillé·e·s au mieux. L’autorité centrale de votre canton ou votre organisme d’adoption pourront certainement vous conseiller: 

  • Les cours de préparation à la parentalité adoptive, obligatoires dans certains cantons, sont très utiles et vivement recommandés
  • Prendre le plus de renseignements possibles sur le pays où vous allez adopter, découvrir la langue et la culture, peut également vous aider à mieux vivre cette période d’attente
  • De nombreuses ressources (livres, articles, témoignages, films, sites internet, etc.) existent sur le sujet

Le soutien de professionnel·le·s et/ou des associations peut rester important et précieux aussi après l’accueil de votre enfant.

Quoi qu’il en soit, quel que soit le temps que dure votre chemin vers la parentalité et quelle que soit son issue, il importe que vous soyez attentifs et attentives à ce que votre vie ne tourne pas uniquement autour de ce projet, que celui-ci ne deviennent pas obsessionnel. Dans cette optique, essayez de vivre votre vie le plus normalement possible durant la procédure, et de vous ménager du temps et de la disponibilité mentale pour continuer à faire des activités que vous aimez et qui vous font du bien, individuellement et/ou en couple. Cela vous aidera à rester en bonne santé mentale tout au long de la procédure, de mûrir votre projet et de garder la motivation sur la durée. 

En savoir plus

Dossier du magazine Pulsation sur la PMA

L’infertilité, une souffrance qui reste souvent taboue, reportage de la RTS

Association Espace A : association regroupant des professionnels de la santé psychique spécialisées dans les questions liées à l'adoption, à l’accueil familial, et à la procréation médicalement assistée 

Association Adopte.ch : association pour adoptés et adoptants

Association Adoptons-nous et Accueil familial : lieu d’échange, d’écoute, de soutien, de réflexion et de formation pour toute personne concernée par l’adoption et l’accueil familial

Adoptis : Conseil et accompagnement en adoption

A lire aussi

L'organisation familiale: un vrai défi

L’organisation de la vie familiale avec un ou plusieurs jeunes enfants est un vrai défi pour les...


Quand l’enfant désiré ne vient pas

Les troubles de la fertilité sont une réalité pour de nombreuses personnes, puisqu’ils concernent...


Parentalité : entre choix personnel et pression sociale

Devenir parents est d’abord une question individuelle. Pourtant la norme sociale « construire une...


Je suis papa d’un jeune enfant. Je gère ?

Un article de Gilles Crettenand – Coordinateur de MenCare Suisse romande – sur le vécu des nouveaux...


Devenir parent par la procréation médicalement assistée (PMA) ou l’adoption

Le désir d’enfant ne se concrétise pas toujours, ou alors pas forcément comme on l’imaginait au...


Être parent aujourd'hui est loin d'être un jeu d'enfant

Un article de Anne Perrier – Coach parental – sur le burn out parental.  


A chacun sa famille

Etre père ou mère est un rôle que l’on apprend petit à petit avec ses forces et ses fragilités....


Dépression post-partum, burn-out parental, syndrome du bébé secoué

Devenir parent implique des changements importants, souvent sources de tensions et de stress. Les...


SANTÉ MENTALE ET PARENTALITÉ - Préambule

Santé mentale & parentalité : une rubrique pleine d’infos, de conseils et de ressources


Du temps et du dialogue, pour soi et/ou pour le couple

Le petit enfant est au centre de l’attention de son ou de ses parents, à qui il demande beaucoup...


Top