Du temps et du dialogue, pour soi et/ou pour le couple

Le petit enfant est au centre de l’attention de son ou de ses parents, à qui il demande beaucoup d’énergie. A cela s’ajoutent les autres exigences de la vie quotidienne (le travail, les tâches ménagères,...). Dans ce contexte, il est difficile de garder des moments pour soi et de consacrer du temps à une vie de couple. Cette situation peut avoir une influence sur le moral et la santé mentale.  

 

Des moments pour soi

Les bouleversements liés à la naissance et aux premières années de vie d’un enfant (voir également chapitre « Devenir parents ») signifient de nombreux changements dans la vie de tous les jours (voir également chapitre « Organisation familiale »). L’énergie est mobilisée pour prendre soin de l’enfant et pour faire face aux exigences de la vie quotidienne. Dans ce contexte, il peut être difficile de poursuivre une activité sportive ou culturelle, de sortir avec des ami·e·s ou même de lire un livre comme vous le faisiez avant la naissance de votre enfant. Cela peut contribuer à des sentiments de manque ou de tristesse alors même que le fait d’être parent apporte du bonheur. C’est normal d’éprouver de tels sentiments. Si vous êtes en couple, il peut être précieux d’en parler à votre partenaire et de réfléchir ensemble à comment chacun peut reprendre ou conserver une activité personnelle qui lui fait du bien. Vous avez peut-être des proches autour de vous, grands-parents, amis, voisins en qui vous avez confiance et qui peuvent vous relayer un moment auprès de votre enfant le temps d’une activité pour vous. Chaque canton propose des services de baby-sitting. N’hésitez pas à faire appel à ces services. Prendre du temps pour soi est important pour votre santé mentale et votre bien-être mais cela va également dans l’intérêt de votre enfant. 


Du dialogue et du temps pour le couple 

La naissance d’un enfant signifie un changement important dans la vie d’un couple : chaque membre du couple n’est plus seulement un partenaire affectif, sexuel, intellectuel mais il devient aussi un parent. Le couple a moins de temps pour des activités communes. Chaque partenaire a des attentes à l’égard de l’autre sur son rôle attendu de parent. C’est une étape délicate et émotionnellement intense pour les couples. Des études montrent qu’il faut en moyenne 2 ans après la naissance de l’enfant pour que la satisfaction conjugale revienne. Pour certains couples cela peut prendre 6 mois, pour d’autres 4 à 5 ans. Prendre conscience que ces moments délicats sont normaux permet déjà de les vivre plus sereinement. Il peut être précieux de parler de vos découragements avec votre partenaire. Vous pouvez aussi en parler à des professionnel·le·s, tels que la sage-femme ou l’infirmière de la petite enfance, voire à votre médecin de famille, un·e psychologue ou un·e psychiatre. 

Prendre du temps pour le couple ne signifie pas forcément partager de nombreux et longs moments ensemble. L’important est avant tout la qualité. Chaque partenaire fait du mieux qu’il peut. Le dialogue autour des sentiments n’est pas facile. Mais c’est une des ressources à disposition du couple. N’hésitez pas à mobiliser les ressources de confiance de votre entourage ou des services debaby-sittingpour prendre du temps pour votre couple. Si le coût du baby-sitting est un obstacle pour vous, évoquez votre difficulté lorsque vous faites appel à ce service pour trouver un arrangement qui corresponde à votre budget. Vous pouvez consulter également les possibilités de soutiens financiers destinés aux familles ici


La naissance d’un enfant peut aussi provoquer la rupture

Il peut arriver que certains couples se séparent peu avant ou après la naissance d’un enfant. Si le couple amoureux se sépare, le couple parental demeure toute la vie durant. Il s’agit alors pour chaque partenaire non seulement de faire face au bouleversement de la naissance, à son apprentissage du rôle de parent mais aussi aux conséquences de la séparation. C’est donc un moment qui peut être particulièrement difficile sur un plan émotionnel. Des professionnel·le·s tels que votre médecin de famille, un·e psychologue, un·e psychiatre, de même que les services de consultation conjugale, voire des spécialistes de médiation familiale, peuvent vous venir en aide.

A lire aussi

Quand l’enfant désiré ne vient pas

Les troubles de la fertilité sont une réalité pour de nombreuses personnes, puisqu’ils concernent...


Du temps et du dialogue, pour soi et/ou pour le couple

Le petit enfant est au centre de l’attention de son ou de ses parents, à qui il demande beaucoup...


Parentalité : entre choix personnel et pression sociale

Devenir parents est d’abord une question individuelle. Pourtant la norme sociale « construire une...


A chacun sa famille

Etre père ou mère est un rôle que l’on apprend petit à petit avec ses forces et ses fragilités....


SANTÉ MENTALE ET PARENTALITÉ - Préambule

Santé mentale & parentalité : une rubrique pleine d’infos, de conseils et de ressources.


Je suis papa d’un jeune enfant. Je gère ?

Un article de Gilles Crettenand – Coordinateur de MenCare Suisse romande – sur le vécu des nouveaux...


Devenir parent par la procréation médicalement assistée (PMA) ou l’adoption

Le désir d’enfant ne se concrétise pas toujours, ou alors pas forcément comme on l’imaginait au...


L'organisation familiale: un vrai défi

L’organisation de la vie familiale avec un ou plusieurs jeunes enfants est un vrai défi pour les...


Dépression post-partum, burn-out parental, syndrome du bébé secoué

Devenir parent implique des changements importants, souvent sources de tensions et de stress. Les...


Être parent aujourd'hui est loin d'être un jeu d'enfant

Un article de Anne Perrier – Coach parental – sur le burn out parental.  


Top