Gérer ses consommations

Lorsqu’une personne se retrouve sans emploi, elle aura peut-être tendance à fumer plus, à consommer de l’alcool avec moins de modération qu’auparavant, à consommer d’autres substances psychoactives ou à s’adonner aux jeux de hasard et d’argent. 

Le tabac, l’alcool, les autres substances psychoactives ou les jeux d’argent peuvent permettre d’oublier momentanément ses problèmes ou de dépasser un mal-être. Mais une fois l’effet passé, les problèmes sont toujours là. D’autres problèmes (financiers, familiaux, etc.) peuvent s’ajouter. Il y a aussi un risque d’avoir besoin de consommer ou de jouer de plus en plus. 

D’autres solutions existent pour entretenir son bien-être psychique.
 

Alcool : trop c’est combien ?    

De nombreuses personnes consomment de l’alcool avec modération. Cela ne pose généralement pas de problème. En revanche, la consommation d’alcool devient préoccupante si : 

  • On consomme trop (une grande quantité dans un temps court) ;
  • On consomme trop souvent (un homme en bonne santé ne devrait pas consommer plus de deux verres par jour ; une femme pas plus d’un verre par jour, au maximum 5 jours par semaine) ;
  • On consomme dans des situations inappropriées (par exemple avant de prendre le volant). 

Lorsque l’on boit de l’alcool, il est préférable de prendre les transports publics. Il est aussi très important d’informer son médecin ou son pharmacien de sa consommation d’alcool en cas de prise de médicaments.


Médicaments

Les médicaments peuvent présenter un danger lorsqu’ils sont consommés en dehors de la durée et de la quantité prescrites par un médecin. C’est en particulier le cas pour :

  • Les antidépresseurs ;
  • Les antidouleurs ;
  • Les somnifères ;
  • Les tranquillisants.

Les médicaments ne devraient jamais être mélangés à de l’alcool. 

 

Jeux d’argent et de hasard

Certaines personnes perdent le contrôle de leur comportement de jeu. Le jeu prend de plus en plus de place dans leur vie ; elles délaissent d’autres activités qui étaient auparavant importantes ; la pratique du jeu a un impact négatif sur la vie sociale familiale, professionnelle. 
Jouer à des jeux de hasard et d’argent peut aussi avoir des conséquences financières importantes. 
Pour éviter de perdre le contrôle, il est important de se fixer des limites :

  • De temps (durée décidée à l’avance, pauses fréquentes) ;
  • De budget (ne prendre que de l’argent liquide, ne pas emprunter pour jouer, noter les gains et les pertes).

S’il s’agit de jeux en ligne, il peut être adéquat de se fixer une limite financière et de temps avant de démarrer la partie et de quitter le jeu lorsqu’elle est atteinte.

 

Des risques pour la santé

Consommer des substances psychoactives ou jouer à des jeux de hasard et d’argent présente des risques pour la santé et peut avoir des conséquences graves :

  • Au niveau physique : dépendance, troubles du sommeil, crises d’angoisse, maladies cardiovasculaires, cancers ;
  • Au niveau psychique : troubles cognitifs (= troubles qui touchent à la mémoire et à la capacité de résoudre des problèmes), anxiété, dépression ;
  • Au niveau social : isolement, diminution de la qualité de vie, problèmes avec l’entourage, difficultés familiales, difficultés financières, agressivité.

 

Des comportements qui peuvent augmenter en période de chômage

La consommation d’alcool, de tabac, de substances psychoactives ou le jeu peuvent devenir plus importants en période de chômage (plus de temps, besoin de maintenir le lien social, de s’occuper, d’oublier ses soucis). Lorsqu’une personne souffre d’isolement, de troubles du sommeil, de douleurs chroniques ou d’anxiété, elle peut être tentée de trouver des solutions dans les consommations. Tout cela rend la vie plus difficile et cause un certain mal-être : c’est un cercle vicieux.

Un comportement excessif en matière d’alcool, de substance psychoactive ou de jeux d’argent et de hasard n’aide en tout cas pas à aller mieux sur le long terme. Par contre, prendre soin de sa santé mentale, cultiver l’estime de soi et la confiance en ses capacités, maintenir les relations sociales avec sa famille et ses ami·e·s ou prendre soin de sa santé physique, même en période de chômage ou de non-emploi, sont importants pour maintenir son bien-être psychique sur le long terme. 

Ressources

Les consommations ou le jeu prennent de plus en plus de place dans votre vie ? Vous vous posez des questions par rapport à votre consommation ou celle d’un·e proche ? Vous avez besoin d’aide ou de conseils ? Vous n’êtes pas seul·e. Des offres d’aide sont à votre disposition : 

Safezone.ch, consultation en ligne sur les addictions

Ligne téléphonique « Aide et conseil » d’Addiction Suisse, gratuit et anonyme : 0800 105 105 

SOS Jeu, téléphone gratuit et anonyme 24/24: 0800 801 381

Informations sur la consommation d’alcool

Mydrinkcontrol, évaluation de sa consommation d’alcool

Stop smoking, Aide et conseils pour arrêter de fumer 

Ligne stop-tabac : 0848 000 181 

Aide et conseil pour les consommateurs et consommatrices de cannabis et leur entourage

Qu’il s’agisse de votre propre consommation ou de celle d’un proche, vous pouvez aussi en parler à votre médecin de famille ou vous adresser auprès d’un service spécialisé de votre canton :  

Fribourg : 

Genève : 

Jura :

Neuchâtel : 

Valais : 

Vaud :

A lire aussi

Gérer ses consommations

Lorsqu’une personne se retrouve sans emploi, elle aura peut-être tendance à fumer plus, à consommer...


Prendre soin de sa santé physique

Dans des moments plus difficiles comme une période de chômage ou de non-emploi prolongée, il est...


Vaud

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Vaud.


Neuchâtel

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Neuchâtel.


Jura

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton du Jura.


Valais

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton du Valais.


Fribourg

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Fribourg.


Genève

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Genève.


Jeunes et chômage

Choisir un métier, trouver une place d’apprentissage ou la bonne filière d’études, ou encore entrer...


Personnes sans emploi de plus de 50 ans

Lorsque l’on perd son emploi après 50 ans, il peut être difficile d’en retrouver un rapidement. Les...


Top