Personnes sans emploi de plus de 50 ans

Lorsque l’on perd son emploi après 50 ans, il peut être difficile d’en retrouver un rapidement. Les personnes de 50 ans et plus sont donc plus exposées au chômage de longue durée et à ses effets sur la santé mentale. Différentes ressources existent, il ne faut pas hésiter à y faire appel. 

 

La crainte de perdre son emploi au-delà de 50 ans est bien présente chez de nombreux travailleurs. Quand cela arrive, c’est souvent la douche froide. La peur de perdre son emploi est alors remplacée par celle de ne pas retrouver rapidement un emploi, voire ne plus en retrouver du tout. La santé mentale peut être sérieusement affectée par le stress et l’anxiété liée à cette situation qui n’est pas choisie. Il est tout à fait normal d’éprouver de tels sentiments. Il ne faut pas hésiter à en parler à ses proches ou à son médecin de famille et demander de l’aide si cet état dure ou s’aggrave. Différentes organisations accompagnent et apportent du soutien aux personnes sans emploi. Il ne faut pas hésiter à les contacter en cas de besoin (voir le chapitre « Effets du chômage sur la santé psychique »).

Ressources pour les demandeurs d’emploi plus âgés

Différentes ressources destinées plus spécifiquement aux personnes de plus de 50 ans qui se retrouvent sans emploi existent en Suisse. Depuis le 1er juillet 2021, les personnes de plus de 60 ans qui ont épuisé leur droit aux indemnités chômage peuvent notamment recourir à des prestations transitoires (rente pont) pour couvrir leurs besoins vitaux jusqu’à l’âge légal de la retraite. 

Les cantons romands, par le biais de leur service de l’emploi, proposent différentes mesures de réinsertion professionnelle spécifiques aux demandeurs d’emploi âgés de 50 ans et plus. Ces mesures s’adressent aussi aux personnes qui n’ont plus droit aux indemnités de l’assurance chômage.

Le service de l’emploi dans votre canton :

La Fondation Intégration pour Tous propose un accompagnement personnalisé et différents outils de réinsertion, plus d’informations ici.

L’OSEO propose aussi un accompagnement et des ressources de réinsertion pour les chômeur·euse·s de longue durée. Un soutien au renforcement des compétences personnelles, de la confiance en soi et des aptitudes professionnelles est apporté de manière pratique. L’OSEO est présente dans la plupart des cantons. Les coordonnées des associations régionales sont disponibles ici.

A Genève il existe la Fondation Qualife qui accompagne spécifiquement les moins de 25 ans et les plus de 50 ans dans la recherche d'emploi.

Lorsque le chômage se prolonge ou que la réinsertion professionnelle semble plus difficile, il ne faut pas hésiter à faire appel à ces organisations, car leur soutien sera aussi bénéfique pour le moral et la santé psychique.

A lire aussi

Gérer ses consommations

Lorsqu’une personne se retrouve sans emploi, elle aura peut-être tendance à fumer plus, à consommer...


Valais

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton du Valais.


Genève

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Genève.


Rôle des professionnel·le·s

Les collaboratrices et collaborateurs des offices régionaux de placement, des services sociaux...


Ressources pour les professionnel·le·s

Différentes ressources sont à disposition des professionnel·le·s qui accompagnent des personnes...


Neuchâtel

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Neuchâtel.


Prendre soin de sa santé physique

Dans des moments plus difficiles comme une période de chômage ou de non-emploi prolongée, il est...


Vaud

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Vaud.


Jura

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton du Jura.


Fribourg

Retrouvez ici toutes nos ressources « Santé mentale et chômage » pour le canton de Fribourg.


Top