Travailler

  • Respecter les directives de son employeur. Une partie va devoir travailler, sur place ou à distance; d’autres vont devoir rester chez eux. Respectez cela. 
  • Vous êtes tout aussi solidaires en restant chez vous que ceux qui luttent directement contre l’épidémie, car vous contribuez à limiter les risques de propagation. Vous pouvez aussi soutenir l’effort commun par de petits gestes envers les personnes qui doivent travailler au front.


La crise nous confine toutes et tous à la maison, forçant nombre d’entre nous à « télétravailler ». Pour certain.e.s, c’est une intensification d’une habitude qu’ils ou elles avaient déjà. Pour d’autres, c’est complètement nouveau. Quoi qu’il en soit, le contexte est inédit et pour nombre d’entre nous, ce travail à domicile doit se concilier avec organisation de la vie familiale, du travail scolaire à domicile et/ou de l’occupation des enfants. 

Il est bon de se préparer pour se mettre à son bureau, de ne pas rester en tenue d’intérieur toute la journée. Lorsque vous êtes installé.e, essayez autant que possible de garder vos habitudes de travail, d’échanger avec vos collègues par les différents moyens technologiques disponibles et de faire des pauses, c’est important à la maison comme au bureau !

Dans ce contexte, comme le suggèrent les différentes ressources proposées ci-dessous, il est important de bien rythmer sa journée entre temps de travail, temps consacré aux obligations familiales ou ménagères et temps de loisirs. Autant que faire se peut, il est conseillé de dédier une pièce ou au moins un espace spécifiquement consacré au travail et d’éviter de travailler dans son lit ou sur son canapé.

Il est clair qu’un tel équilibre est spécialement difficile à trouver pour les familles qui ont des enfants en bas âge, peu ou pas autonomes, pour les familles monoparentales ou particulièrement vulnérables, qui ont la charge de leur(s) enfant(s) à plein temps en plus du télétravail et des activités ménagères habituelles à gérer. Il est d’autant plus important d’oser parler et demander de l’aide en amont, dès que les tous premiers signes de saturation apparaissent. 
 

RESSOURCES

Top